Bienvenue à Laurent BERGER sur le site d’ALSTOM Ornans

ornans

Interview de Patrick DE CARA Elu CFDT au CCE ALSTOM et représentant de la CFDT pour le Comité Stratégique de la  Filière Ferroviaire (CS2F),

Le conseil d’administration de la SNCF va annoncer l’achat de 15 TGV à ALSTOM le Jeudi 23 Février prochain, est-ce la fin de la crise Belfort ?

Patrick DE CARA : Non pas encore… Il s’agit d’une partie de la réalisation des annonces du 4 Octobre à savoir celles des 15 TGV.

Au final, ces 15 TGV seront prévus pour un usage immédiat sur des lignes grandes vitesses ?

Patrick DE CARA : Oui, ces TGV rouleront effectivement dès leur mise en service uniquement sur des lignes à grande vitesse à savoir sur la ligne Paris Bordeaux ce qui nous apparait comme une solution plus rationnelle et plus économique que la précédente solution qui avait dû sans doute être prise dans l’urgence pour sauver le site de Belfort. Ainsi pour la SNCF il sera plus rentable de faire circuler des TGV sur des lignes grandes vitesses, le parc des TGV sera optimisé et la SNCF fera l’économie de frais de maintenance sur d’anciennes rames qui seront remplacées par ces nouvelles rames.

Donc une solution gagnante / gagnante pour ALSTOM et la SNCF ?

Patrick DE CARA : Oui cette solution devrait faire taire les critiques qui avaient été émises à l’époque.

Cette annonce des 15 TGV concerne-t-elle uniquement le site de Belfort ?

Patrick DE CARA : Non, il ne faut pas oublier que cette commande va également aussi sauver le site de La Rochelle notamment concernant pour la partie qui fabrique les voitures TGV hors motrices ; en effet le site de La Rochelle allait connaître un trou d’air dans son plan de charge Grande Vitesse à la fin de l’année 2018 ; cette commande ne va donc pas sauver uniquement le site de Belfort comme je l’entends et bien sur elle profitera également à tous nos sites ALSTOM composants en France ainsi qu’à nos fournisseurs et sous-traitants locaux.

Donc un bilan plutôt positif ?

Patrick DE CARA : Disons que c’est le problème de la bouteille à moitiés vide ou à moitié pleine, donc tout dépend où l’on se place. Comme je l’ai dit toutes les annonces du 4 Octobre ne sont pas encore concrétisées ; il manque les 6 TGV Italiens où des incertitudes demeurent et les 20 locomotives diesel, destinées au secours des trains en panne, pour lesquelles les modes d’attribution et de contractualisation sont toujours à l’étude.

Néanmoins le ministre Christophe SIRUGUE a déclaré aux organisations syndicales qu’il a reçu le 17 Février à Bercy, en présence de la Direction d’ALSTOM et des autorités publiques locales, qu’il était confiant quant à la finalisation de ces deux autres dossiers.

Une autre bonne nouvelle a été annoncé lors de cette réunion du 17 Février à savoir que la société AKIEM (filiale de la SNCF et de Deutsche Bank) allait confier à ALSTOM la maintenance de 23 locomotives ce qui va nous apporter bien évidement des heures de travail en plus pour l’activités services ce qui n’est pas négligeable pour absorber le creux de charge de Belfort à partir de fin 2018 et jusqu’en 2020.

Laurent BERGER se déplacera en personne sur le site ALSTOM d’Ornans (moteurs ferroviaires) en ce mardi 21 Février…

Patrick DE CARA : Oui en effet Laurent BERGER s’était beaucoup investi dans le dossier ALSTOM à l’automne dernier en insistant sur le fait que la filière ferroviaire (et pas seulement ALSTOM…) avait un réel avenir industriel en France et qu’il ne fallait pas qu’un creux de charge conjoncturel puisse anéantir une compétence et un savoir-faire dont nous allions avoir besoin à partir des Années 2020.

Laurent BERGER avait donc souhaité venir sur un site industriel d’ALSTOM, en l’occurrence celui d’Ornans, afin de rencontrer les militants de la CFDT sur le terrain  et ainsi leur témoigner de tout son soutien pour la pérennité de la filière ferroviaire industrielle française ; nous serons donc très fiers de l’accueillir à Ornans en ce mardi 21 Février.