Le Contrat RER Nouvelle Génération : une victoire pour pérenniser la filière ferroviaire

xtrapoliscityduplex

Le contrat des RER NG passé avec le consortium Alstom-Bombardier a été officiellement signé le 11 janvier 2017. Le STIF financera 100% des 255 rames commandées pour un montant historique de 3,75 milliard d’euros. Ces nouveaux trains polyvalents circuleront sur les lignes D et E du Transilien.

Bombardier réalisera les voitures centrales et Alstom réalisera le reste y compris les cabines de conduite.

Alstom et Bombardier ont déjà montré leur capacité de travailler ensemble sur deux contrats qui viennent de se terminer : le métro ferré pour la RATP et le MI09, le RER deux niveaux pour la ligne A du RER parisien.

C’est donc une bonne nouvelle pour les deux entreprises.

Pour Alstom la CFDT a obtenu l’engagement de la Direction que toute la production de ce méga-contrat serait réalisée en France c’est-à-dire que nous favorisons ainsi une logique de pérennité de la filière ferroviaire en France plutôt qu’une stratégie de mise en concurrence « mondiale » des usines les unes avec les autres notamment par rapport à nos autres sites basés en Inde pour les blocs de Traction et en Chine en ce qui concerne les moteurs.

Il ne faut pas oublier que cette commande est financée par l’argent public et celui du contribuable français, et en tout état de cause, il faut faire en sorte qu’au final le financement des investissements liée à la réalisation de  cette commande puisse avant tout bénéficier aux intégrateurs comme Alstom et Bombardier en France ainsi qu’à leurs fournisseurs et sous-traitants locaux.

Ce n’est qu’en produisant sur une plus grande échelle en France pour le Ferroviaire que l’on pourra renforcer notre compétitivité par rapport à la production des sites dans les pays émergents ; ce n’est qu’à cette condition que l’on pourra améliorer nos taux horaires par rapport à la concurrence externe voir même interne !

Ainsi cela donne de la charge non seulement au site intégrateur de Valenciennes qui connait actuellement du chômage partiel au moins jusqu’à juillet, mais aussi de la charge pour les moteurs à Ornans, les blocs de traction à Tarbes et les bogies au Creusot. Cependant, la phase de production ne se fera pas avant 2020, mais les études liées à cette commande devraient tout de même commencer très rapidement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s